Création de contenus rédactionnels personnalisés
Le tarif de la rédaction web
Le tarif de la rédaction web

Le tarif de la rédaction web

La rédaction web occupe une place croissante sur le marché des services. Cette activité s’explique notamment par les nombreux besoins liés au référencement. Plusieurs entreprises recourent aux compétences d’un rédacteur web pour accroître leur positionnement sur les moteurs de recherche. Toutefois, une observation rapide concernant le tarif de la rédaction web souligne, la plupart du temps, d’importants écarts entre prestataires. Dans cet article, nous allons comprendre les raisons de cette diversité de tarifs. Et nous entrerons dans le détail des prix majoritairement pratiqués.

Les écarts de tarifs

Pour la rédaction d’un même article, le tarif proposé peut varier considérablement. À Fama rédaction, par exemple, notre prix est de 80 euros pour un billet de 350 mots. Mais vous pouvez trouver des propositions débutant autour de 20 euros, et allant jusqu’à 300 euros. Comment expliquer cet écart considérable ? Plusieurs raisons peuvent être avancées :

  1. Les différences de statut

    L’une des explications à cette disparité de tarifs se situe dans la diversité des statuts de l’entreprise ou du prestataire qui vous propose ses services. Une entreprise implantée, avec de nombreux salariés et surtout une pluralité de domaines d’intervention peut proposer des prix avantageux. Elle dispose, la plupart du temps, d’une demande constante. Et une demande qui ne concerne pas seulement la rédaction web. Inversement, une jeune entreprise ou un auto-entrepreneur disposent d’une marge de manœuvre moins élevée. Cette contrainte s’explique par le plus faible nombre de clients. Mais surtout, par le fait qu’ils ne proposent souvent qu’un même service. Pour maintenir leur activité, ils doivent donc proposer un prix plus élevé.

  2. La pratique du dumping

    La différence de statut n’explique pas à elle seule ces écarts. Bien plus, ceux-ci sont souvent le résultat de pratiques observées par certains prestataires. Parmi elles, le dumping. Cette expression désigne le fait de proposer des prix bien inférieurs au marché, dans la perspective de conquérir de nouvelles parts. La rédaction, comme toute activité commerciale, est soumise à la logique de la concurrence. Mais, étant donné qu’aucun règlement n’en fixe les tarifs, certains en profitent pour « casser » les prix, et attirer à eux les clients. Des tarifs exceptionnellement bas s’expliquent, en partie, par cette concurrence déloyale.

  3. Le recours à la sous-traitance

    Les tarifs les moins élevés dans la rédaction web se comprennent aussi à l’aune du recours à la sous-traitance. De plus en plus d’entreprises utilisent cette modalité de travail. Il n’est pas rare de voir des prestataires proposer, dans un second temps, les services de rédaction à des auto-entrepreneurs, en les mettant en concurrence et profitant ainsi du dumping que nous avons évoqué. Mais surtout, certaines entreprises délocalisent leur activité de rédaction à l’étranger. Étant donné que la rédaction peut se faire à distance, certains en profitent, là encore, pour sous-traiter ce service dans des pays où les coûts sont réduits au minimum. Par exemple, un client paie au prestataire un article pour la somme de 30 euros. Alors qu’il en coûtera au prestataire 5 euros en sous-traitant.

Le tarif de la rédaction web : détail

Le tarif de la rédaction web pratiqué, en dehors de la concurrence déloyale que nous avons évoquée, oscille généralement entre 50 et 150 euros pour une article de 350 mots. Mais que recouvrent ces prix ?

  1. Le travail de veille. L’une des compétences spécifiques du rédacteur web est de pouvoir écrire sur tous les sujets. Que ce soit pour un artisan zingueur, une agence de communication, un restaurant ou même un cabinet d’architectes, il doit être en mesure de produire un contenu de qualité, qui respecte les règles et le vocabulaire de l’activité en question. Naturellement, pour accomplir cette mission, le rédacteur doit effectuer des recherches. Celles-ci doivent lui permettre de s’imprégner du domaine dans lequel il écrit, et de trouver les idées principales qui guideront sa rédaction. La durée de ce travail de veille varie selon l’activité. Généralement, il va de 20 minutes à 1 heure pour un même article.
  2. L’analyse SEO. Concomitamment au travail de veille, le rédacteur analyse la stratégie SEO à adopter. Il s’agit alors de réfléchir au sujet le plus porteur, aux mots-clefs les plus recherchés, etc. La mission étant de produire un texte optimisé pour le référencement, et qui puisse susciter le trafic le plus important.
  3. La rédaction. Après l’exercice de veille et le choix du mot-clef, le rédacteur se lance dans l’écriture de l’article. En comptant la relecture, ce travail de rédaction varie entre 1 et 2 heures.
  4. Les charges. Au-delà du temps passé sur l’article, le tarif proposé comprend aussi les charges que le prestataire devra reverser. Celles-ci dépendent du statut social en question. Mais elles s’articulent généralement autour de 20%. Pour un tarif de 80 euros, le prestataire touchera donc 64 euros.